Spécialiste Français de bacs et jardinières
05 53 71 88 80
Blog

Pourquoi choisir une jardinière en bois traité autoclave classe 4

Pourquoi choisir une jardinière en bois traité autoclave classe 4


Un bois dont la durée de vie est prolongée :
Le bois autoclave de nos jardinières est un bois protégé contre les agressions biologiques, notamment contre les termites, et qui résiste aux intempéries.

Le bois autoclave assure la pérennité de nos jardinières en évitant des opérations de maintenance : il permet donc de faire de véritables économies.

Sa durée de vie est garantie contractuelle.

Un bois qui répond totalement aux exigences de la construction :

Il est apte et sûr à l'emploi, il répond à toutes les exigences essentielles en matière d'hygiène, de santé, de sécurité et se conforme aux normes en vigueur :

EN 335 - EN 350 - EN 351 - NF B 50-105-3.

Le type de préservation constituant le bois autoclave Arbust est autorisé, justifié et peut même être imposé ( 2ème décret loi termites).

Il est compatible avec le marquage CE.

Rédigé le  20 oct. 2012 22:26 dans Traitement par autoclave des jardinières bois  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Qu'est ce que le traitement par autoclave ?

Réponse: 
Le bois autoclave que nous utilisons pour la fabrication de nos jardinières est un bois qui a subi un traitement en profondeur afin d'être protégé des agressions biologiques (insectes - champignons) responsables de la déterioration du matériau.
Pour pallier à la putrescibilité du bois, le bois autoclave reçoit des traitements qui prolongent sa durabilité 

Les produits de préservation

Ils sont à base de matières actives dispensées en très faibles quantités et que l'on retrouve dans les domaines phyto-sanitaires et pharmaceutiques.

Ils sont tout à fait autorisés par la Directive Biocide Européenne, officialisés en France par décret. Ces produits sont sous certification CTB P+ qui intègre la notion d’efficacité et une évaluation santé-environnement par des experts tox-écotox indépendants.


Les classes d'emploi

Afin de définir le degré de risques encourus par le bois selon les conditions de son utilisation, un système de classement a été mis en place. 

Il existe 5 classes, et les entreprises adhérentes s'engagent à respecter la normalisation en vigueur :

 CLASSE 2Bois toujours à l’abri des intempéries. Humidification possible par 
condensation occasionelle
 CLASSE 3Bois soumis à des alternances d’humidité et de sécheresses, 
sans contact avec le sol et sans pièges à eaux (ex. bardage)
 CLASSE 4Bois en contact avec le sol. Bois immergé en eau douce. 
Bois soumis à des humidifications fréquentes ou permanentes

L'autoclave vide et pression

Voir le traitement du bois autoclave en animationL'autoclave vide et pression permet d'agir jusqu'au coeur du bois, à  la différence du trempage qui n'agit qu'en surface. L'imprégnation est de  100 à 500 Litres par m³. 

Le principe de ce procédé est de remplir toutes les cavités du bois de produit traitant. Dans un premier temps, le bois est ventilé à l’aide d’un vide très fort, puis le produit traitant est ajouté, sous maintien du vide, et pressé profondément dans le bois par surpression. 

Un bois bien traité est conforme aux spécifications de la norme française NF B 50-100-3

Rédigé le  20 oct. 2012 22:14 dans Traitement par autoclave des jardinières bois  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Connaître les bambous

Connaître les bambous

Description

Le bambou est une monocotylédone appartenant à la famille des graminées (poacées) donc une herbe, bien que certaines espèces dépassent les 20 mètres de hauteur...,sous-famille des bambusoidées. La partie aérienne des bambous est appelée la tige. Celle-ci peut avoir un diamètre de 1mm à 120mm pour certaines espèces. D'une hauteur allant de quelques dizaines de centimètres à plusieurs dizaines de mètres selon les variétés, d'aspect et de couleurs variés (vert, bleu,jaune, noir, rouge, gris etc...), elle est en général fistuleuse, c'est-à-dire creuse, mais cloisonnée au niveau des nœuds. A l'extérieur, des gaines protègent les jeunes branches avant de tomber. Le feuillage est très varié dans sa forme, dans sa taille ou sa couleur.

Les fleurs ont pour principale caractéristique d'être très rares et d'apparaître chez tous les sujets d'une même espèce, quel que soit leur âge, dans toute une région, parfois même dans un continent entier (phénomène de chronobiologie). Après avoir fleuri, la plante meurt généralement mais pas toujours d'épuisement. Selon les variétés, la floraison peut intervenir tous les ans ou... tous les 50 ans, certaines espèces n'ont même jamais pu être observées en fleurs !

Les rhizomes sont des tiges souterraines et servent de réserve alimentaire aux bambous. Ils sont soit traçants, comme les phyllostachys ou les sasa, (rhizomes dits leptomorphes) c'est-à-dire qu'ils rampent parfois très loin avant de donner naissance à un nouveau chaume, soit poussent en touffes (cespiteux) (rhizomes dits pachymorphes) ex. chusquea. Certains bambous ont une croissance mixte et auront donc des rhizomes soit leptomorphes, soit pachimorphes, ex. shibataea kumasaca.

Les racines croissent en couronne autour des nœuds des rhizomes, parfois autour des nœuds de la partie aérienne du chaume pour les espèces cespiteuses. Bien que très fines, elles peuvent néanmoins descendre profondément afin d'aller chercher l'humidité dont le bambou a besoin pour se développer.

Culture

En règle générale, les bambous ont besoin pour un développement harmonieux, de chaleur, de soleil et d'eau. Certaines espèces tolèrent pourtant des températures très basses, jusqu'à -28°C telles que Phyllostachys aureosulcata, Ph. bissetii, Ph. nuda, et Pseudosasa japonica et une sécheresse relative. Dans une région à climat doux sans trop de gelées, les bambous tropicaux tels que Bambusa ventricosa, ou B.multiplex ‘Golden Goddess’ feront de précieux sujets dans votre jardin sans envahir votre pelouse (ils sont cespiteux) et résisteront à une température de -8°C. On les plante au départ dans un substrat composé de terreau, de sable et de tourbe blonde. Après les premières années, les feuilles tombées au sol constitue un paillage naturel qui protège du froid et de la sécheresse les pieds des bambous. Le bambou devient adulte au bout de six à huit ans.

Cette plante est à la fois résistante et sensible aux conditions environnantes. Elle peut être colonisatrice et survivre dans des situations très dures, mais a besoin d’être choyée pour être au mieux de sa forme. Son adaptabilité lui permet de trouver une place dans presque tous les lieux. Si les conditions sont défavorables, il faudra faire un amendement au terrain, pour le rendre propice aux besoins particuliers de la variété de bambou que vous aurez choisie. Les jardins avec excès de calcaire sont à proscrire car le bambou est une plante calcifuge. Néanmoins, la variété Phyllostachys flexuosa convient pour ce type de sol. La plupart des bambous peuvent pousser sur du calcaire, mais leur croissance en est ralentie et leur feuillage peut présenter des nécroses. Le bambou est exigeant en eau, mais cela ne le classe pas pour autant parmi les plantes aquatiques : les zones hydromorphes, c’est à dire les terrains saturés en eau durant une longue période, seront à aménager (les variétés les plus résistantes seraient le Phyllostachys heteroclada et le Phyllostachys nidularia) ; néanmoins, il conviendra très bien pour fixer les berges des rivières, dans la mesure ou il résiste aux inondations temporaires. En fixateur de talus, l’espèce idéale de bambou serait le Pleioblastus pumilus.

Une autre idée erronnée sur les bambous est l’envahissement du jardin. S'il est exact que les bambous à rhizomes traçants peuvent rapidement coloniser un bout de terrain, en revanche, il existe de nombreuses variétés cespiteuses, qui poussent en touffes serrées. Le groupe des Fargesia par exemple, n’est pas du tout envahissant.
Même en plantant un bambou traçant, il y a différents moyens de le maintenir à sa place: barrière anti-rhizome, méthodes culturales et techniques de jardinage…

Entretien

L'entretien se limite au nettoyage des touffes, ce qui consiste à couper les tiges sèches, et à l'éclaircissage, c'est-à-dire la coupe des tiges de 4 ou 5 ans pour pour aérer une plantation trop dense. Ces opérations doivent se faire l'hiver, à partir d'octobre.

Rédigé le  20 oct. 2012 22:03 dans Les bambous  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Comment faire un drain dans une jardinière bois

Rédigé le  27 août 2012 16:59  -  Lien permanent
2 Commentaires Lire la suite... 

Bien choisir sa jardinière bois

Bien choisir sa jardinière bois
Rédigé le  27 août 2012 16:58  -  Lien permanent
4 Commentaires Lire la suite... 

Robinier

Robinier
Rédigé le  5 août 2012 19:10 dans Robinier (dit aussi faux-acacia)  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite...